UA-108877952-1

Revendication - Page 18

  • Nous sommes tous Charlie, l'APF aussi

    L’Association des paralysés de France (APF) est en état de choc suite à l’attentat qui a eu lieu hier dans les locaux de Charlie Hebdo. L’association tient à présenter toutes ses condoléances aux familles et proches des victimes et tout son soutien aux blessés.

    Affiche noire : nous sommes tous Charlie l'APF aussi, jpgL’APF, en tant qu’association de représentation et de défense des droits des personnes en situation de handicap et de leur famille, s’élève contre toute forme d’idéologie qui prône l’obscurantisme, la privation des droits fondamentaux ou l’exclusion.

    L'APF prône le "vivre ensemble" et s’attache à construire une société inclusive où toutes les personnes, quels que soient leur handicap, leur âge, leur origine, leurs capacités, leurs convictions trouvent leur place dans la société.

     

    Ahmed, Elsa, Franck, Frédéric, Michel, Mustapha, Honoré, Tignous, Bernard, Charb, Wolinski, Cabu : il sont Charlie.

    Nous sommes tous Charlie, l’APF aussi.

     

  • SAMSAH et SAVS: le Comité d'Entente alerte les ministres sur les conditions d'accès

    Le Comité d’Entente des Associations Représentatives de Personnes Handicapées et de Parents d'Enfants Handicapés a interpellé Ségolène Neuville et Marisol Touraine au sujet des conditions d’accès aux SAVS* et SAMSAH*.

    Severo calzetta da ravenna, lampada ad olio con piede rapace 02.JPGEn effet, certains départements ont conditionné leur accès à l’obligation de constituer un dossier de demande d’admission à l’aide sociale et à celle de verser une contribution financière pour bénéficier de l’accompagnement des dits services.

    Ces contraintes, lourdes de conséquences pour les personnes, portent atteinte au respect du droit à compensation. En outre, l’interprétation de la justice administrative de telles mesures - considérées comme légales - est source de disparité de traitement et de rupture d’égalité entre les citoyens.

    Le Comité d’entente demande donc aux ministres de mettre fin à cette situation en adoptant une modification réglementaire.

     

    *SAVS : Service d'Accompagnement à la Vie Sociale

    *SAMSAH : Service d'Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés

    Source : Reflexe-handicap.org, Photo : Sailko

  • "Des transports plus accueillants pour les handicapés" sur Geopolis

    Un long article de Clara Crochet-Damais sur Geopolis

    Photo de l'intérieur de l'Irisbus Crossway pour PMR à Prague"Aujourd’hui en France, qu’en est-il pour celui ou celle qui se déplace en fauteuil roulant et qui aspire à ce simple souhait d’aller faire ses courses de fin d’année en autobus ? Et s’il lui prenait la même envie en Europe, à Berlin, Madrid ou Rome ? Y a-t-il une géopolitique du handicap face aux transports en commun ? Géopolis fait le point."

    L'auteure nous parle du monde des transports et plus spécialement de l'autobus et de la voirie qui en dépend : les quais etc...

    Puis elle nous transporte dans le "Le bus et ses étoiles européennes" et nous explique les textes et règlements européennes dont un qui stipule qu' "«personne à mobilité réduite ne peut se voir refuser l’embarquement à bord d’un bateau, d’un bus ou d’un autocar, sauf dans le cas où sa sécurité serait en péril».

    Elle nous parle enfin de l'Autobus français et prévue en 2015, la loi handicap de 2005 qui prévoyait «l’accessibilité à tout et pour tous» en France ne sera pas au rendez-vous officiel.

    Selon elle : "En tout cas, 90% du parc des autobus français sont désormais accessibles."

    Mais il y a du retard : "Car, on l’a vu, il faut aménager l’ensemble de l’espace public, les quais, les trottoirs… Bref, tout ce qui est du domaine des collectivités locales. Et là, les meilleures volontés peuvent se heurter à une vraie difficulté....encore un problème d’accessibilité…Très politique celui là."

    Nous en savons quelque chose ici en Lozère...

    Source et article complet : geopolis.francetvinfo.fr, Photo : Jagro

  • Entrée en vigueur du Traité sur le Commerce des Armes ce 24 décembre !

    Le Traité sur le commerce des armes (TCA2) est un traité de l'Organisation des Nations unies sur le commerce international des armements conventionnels. Il a été adopté par l'Assemblée générale des Nations unies le 2 avril 2013. Fruit de la mobilisation des ONG  ( dont Amnesty International, Oxfam, Handicap International ...) et de plusieurs États il a été lancé en novembre 2009.

    Affiche Handicap International, sapin fait avec des armes, png

    "Le 3 juin 2013, la procédure de signature du traité a été officiellement ouverte à l'ensemble des Etats membres des Nations unies. A ce jour, quelque 119 Etats l’ont signé. Pour que le traité devienne contraignant, au moins 50 États devaient le ratifier dans leur propre pays. Ce seuil fatidique de 50 a été dépassé le 25 septembre 2014, déclenchant le compte-à-rebours jusqu'à l’entrée en vigueur du traité, 90 jours plus tard, soit le 24 décembre 2014.

    Pour la première fois, un traité intègre explicitement les répercussions en termes de droits humains de chaque vente d’armes dans tous les transferts.

    « Cette étape constitue une avancée vraiment historique. Elle montre ce qui est possible lorsque des militants des droits humains s’engagent dans un long combat et œuvrent sans relâche pour changer une bonne idée en réalité qui sauve des vies dans le monde entier", a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International."

    Sources : Wikipedia, Oxfam.org, Amnesty international, Photo : Handicap International

  • Répondez au sondage : 10 après la loi Handicap 2005, quel bilan ?

    A l’occasion des 10 ans de la loi sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, le Comité d’entente a mandaté l’IFOP pour l’accompagner dans la réalisation d’un sondage « point d’étape » sur l’évolution de l’opinion publique concernant le handicap et la place des personnes en situation de handicap dans la société.

    Capture écran Sondage IFOP Loi handicap, jpg

    Pour cette enquête seront interrogés les personnes en situation de handicap, le grand public et des élus locaux, afin d’établir des « regards croisés ». 

    La partie « sondage des personnes en situation de handicap et le grand public » se fait en ligne auprès des personnes concernées dans chaque association.

    Pour participer à cette consultation, rendez-vous sur www.sondage-loihandicap.fr, jusqu’au dimanche 18 janvier 2015. Et n’hésitez pas à faire connaître cette consultation auprès de personnes concernées.

    Il est bien évidemment possible de solliciter une personne de son choix si besoin d’aide pour répondre à ce questionnaire. De même, une aide audio à la lecture du questionnaire est possible en cliquant sur le bouton "Ecoutez".

    Les réponses au questionnaire sont confidentielles. Le serveur dédié à l’enquête répond à des normes de sécurité strictes, assurées par l’IFOP. L’IFOP garantit l'anonymat des réponses et l'impartialité dans l'analyse des résultats.

    Les résultats seront connus et médiatisés le 11 février 2015