Santé - Page 6

  • "Assistanat sexuel : passer le handicap" avec Libération

    Jeudi, le quotidien Libération a consacré 4 pages à un dossier sur l'accompagnement sexuel et espère que le débat figé reprendra rapidement :

    Photo : AntonioCanova PsycheRevivedByCupidsKiss.JPG"Promis depuis des années, le débat sur l’accompagnement sexuel des personnes en situation de handicap est soigneusement esquivé. L’assistance sexuelle consiste, en échange d’une rétribution, à aider les personnes majeures en situation de handicap qui «ne peuvent pas avoir accès à leur propre corps» à découvrir leur identité sexuée, à explorer leur sensualité, à accéder à l’autonomie sexuelle. «Certains ont besoin d’aide pour expérimenter la sexualité. Il faut que ce besoin spécifique soit reconnu», expose Julia Tabath, présidente de CH(s)OSE, collectif réunissant des poids lourds du handicap comme l’Association des paralysés de France (APF) ou encore l’Association française contre les myopathies (AFM) et qui milite, depuis plusieurs années, pour l’instauration d’un «service d’accompagnement» avec des aidants dûment formés."

    A l'occasion de la sortie de l'autobiographie de Marcel Nuss, président de l'Appas* qui avait organisé la première formation d'assistants sexuels en France, Libération revient sur les promesses de François Hollande qui avait promis un débat public, puis "en 2013, le Comité consultatif national d’éthique a tranché défavorablement sur la question au nom «du principe de non-utilisation marchande du corps humain»." alors que " Plusieurs associations racontent les nombreuses sollicitations reçues de personnes voulant être mises en relation avec des assistants sexuels. "

    Libération livre aussi des interviews de plusieurs personnes handicapées qui ont des idées différentes :

    "Rémi Gendarme, 32 ans, handicapé moteur, réalisateur de documentaires  : «L’idée d’assistance sexuelle me choque»... ( nous avions parlé de lui, il y a quelques jours )

    Laetitia Rebord, 32 ans, atteinte d’une amyotrophie spinale  : «J’ai peur de mourir sans avoir eu de relation»...
    Julien, 27 ans, infirme moteur cérébral  : «J’ai déjà pensé faire appel à des prostituées»...

    et :

    "Sabine, 50 ans, assistante sexuelle  : «Je me mets à disposition de la personne»..."

    Source : Libération.fr, Photo : Pufacz

    *Appas : Association Pour la Promotion de l'Accompagnement Sexuel

    G.D.


    podcast

     

  • "Sexe et handicap : aller au delà des tabous" sur France 3 Limousin

    France3 limousin, sexe et handicap : aller au dela des tabousUn bon reportage sur France 3 Limousin dans un foyer HANDAS* :

    "S'aimer, se toucher l'un et l'autre, éveiller sa sexualité, c'est ce que réclament les personnes handicapées. Depuis plusieurs années des assistants sexuels pratiquent l'accompagnement érotique, c'est le cas en Limousin. Mais la pratique est illégale en France, apparentée à la prostitution....( qui elle n'est pas illégale NDA)

    Aider la personne handicapée à vivre sa sexualité tel est le credo des assistants sexuels. Le statut, illégal en France, trouve grâce cependant auprès des structures spécialisées dans le handicap."

    Cliquez ici ou sur la capture d'écran ci-dessus pour lire l'article et regarder le reportage.

    *HANDAS : Handicap Associé ( Association qui a fusionné avec l'APF )

    podcast

  • Péril sur l'indemnisation amiable des accidents médicaux : Des associations alertent !

    Photo bloc opératoire, Nevit Dilmen, jpgOnze associations dont l'APF s'inquiètent dans un communiqué de voir l'indemnisation amiable des accidents médicaux en danger. Elles demandent que le référentiel ONIAM soit réévalué.

    En effet, la voie amiable est en train de devenir une indemnisation low cost !

    Il faut sauver ce dispositif amiable qui offre une triple garantie : rapidité, gratuité, équité.

    Clairement, c’est l’équité avec l’indemnisation judiciaire qui est en danger. Il faut donc réévaluer le référentiel d’indemnisation de l’ONIAM *. 

    Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

    *ONIAM : Office National d'Indemnisation des Accidents Médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales

    Source : reflexe-handicap.org, photo : Nevit Dilmen


    podcast

  • Projet e-SUNET* : Soutenir les familles de personnes en situation de handicap, par la formation en ligne

    Visuel e-SUNET, jpg

    Un projet qui semble intéressant pour les familles isolées :

    L’INS HEA* a participé à la réunion du lancement du projet « eSUNET* » qui s’est déroulée à Athènes au mois de Janvier 2014.; ce projet, partant du constat d’une carence en formation des familles et aidants des personnes handicapées, vise à mettre à leur disposition des modules de formation à distance, spécifiques à chaque type de déficience et à accroître leurs compétences.

    L'INS HEA* va proposer une formation en ligne, ouverte à tous, dès le mois de mai 2015.

    Il est assez fréquent en Europe que les personnes handicapées ne reçoivent pas les soins nécessaires en institution. Elles sont entourées de façon informelle dans leurs foyers par un membre de leur famille (parents, enfants, famille élargie…). Toutefois, ces membres de la famille n'ont pas reçu de formation adéquate sur la façon de s’occuper d’une personne handicapée et ne savent pas toujours comment faire.

    Le projet eSUNET, après avoir analysé toutes ces questions, vise au développement d'un réseau complet et d’outils informatiques afin de soutenir et accompagner les familles des personnes handicapées à travers des cours d'apprentissage à distance et une plate-forme de communication interactive.

    Pour en savoir plus : www.inshea.fr

    *INS HEA : Institut d'enseignement supérieur et de recherche Handicap et besoins éducatifs  particuliers

    *e-SUNET : Sustainable Network for the families of disabled people through e-learning


    podcast

     

  • Le guide Têtu + aborde des question liées au handicap

    Le guide gratuit d'information sur le VIH et les hépatites Têtu+ vient d'être mis en ligne en PDF.

    Couverture Têtu+, jpgCe gros guide de 112 pages parle de droits, de santé, d'accès aux soins en prison, de bien-être, de traitements et de handicap : " Si vous êtes en situation de handicap, on ne doit pas vous infantiliser, chacun doit vous considérer comme un sujet, une personne capable de désir et d’exercer son libre arbitre....Le regard des professionnels, dans les lieux d’accueil, est en train de changer, mais on trouve encore, hélas, des établissements où la sexualité est interdite..."

    Avec des témoignages, des guides sur la vie courante, des tribunes libres, des questions clés et des réponses d'experts, une enquête, etc.. il est "destiné aux personnes vivant avec le VIH, et /ou avec une hépatite B ou C, à leurs proches et à tous ceux qui souhaitent s’informer sur le sida et les hépatites."

    Avec notamment des contributions d’experts de Sida Info Service comme le docteur Michel Ohayon, directeur du centre de santé sexuelle Le 190, François Crochon, sexologue clinicien, chef de mission du CeRHeS*, ou encore les juristes de la ligne Sida Info Droit.

    *CeRHeS : Centre Ressources Handicaps et sexualités

    Télécharger le guide Têtu+

    Sources : Cerhes.org


    podcast