UA-108877952-1

Revendication - Page 10

  • Les préfets invités à faire plus pour l’accessibilité selon Le Moniteur

    Circulaire 21 mai, mise en oeuvre AdAPUn article du Moniteur.fr paru hier rappelle qu' Une nouvelle circulaire ministérielle du 21 mai à l’attention des préfets publiée le 27 mai enjoint les préfets à assurer une meilleure promotion du dispositif des agendas d’accessibilité programmée, « à accompagner son déploiement, à en assurer la gestion, en priorisant le traitement des dossiers comportant des demandes de périodes  supplémentaires et le suivi de la mise en œuvre »...

    En Lozère, aucune réunion n'a encore eu lieu pour promouvoir les Ad'AP  !!

    La circulaire rappelle que la date limite de dépôt d’un Ad’AP est fixée au 27 septembre 2015...

    Un outil informatique est en cours de déploiement...Les préfets peuvent également s’appuyer sur le « Recueil des Actions Simples et Utiles (RASU) »..

    Les préfets, qui valident les dossiers, disposeront de l’avis de la commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité (CCDSA), commission tripartite composée de représentants de personnes handicapées, de gestionnaires et propriétaires d’établissements recevant du public et de services de l’État, obligatoirement consultée sur chaque projet d’agenda...

    La circulaire indique que : "Pour les propriétaires ou exploitants d'Établissement Recevant du Public qui invoquent une contrainte technique ou financière ou un patrimoine particulièrement complexe pour demander une durée d’agenda plus longue (6 ou 9 ans), l’approbation du dossier nécessite une décision expresse et motivée dans le délai maximal de quatre mois." et aussi que "De même, toutes les demandes de dérogation aux règles d'accessibilité formulées sur un établissement de 1ère ou 2ème catégorie, dans le cadre d’une demande d’autorisation de créer, aménager ou modifier un établissement recevant du public, seront approuvés explicitement ou rejetées tacitement.
    Pour le reste des dossiers, l’absence de décision vaudra acceptation. "

    Donc pour la majorité des *ERP, il n'y aura pas de décision d'approbation d'*Ad'AP !!!

    La circulaire rappelle qu’une convention entre l’État et la Caisse des Dépôts et Consignations a été signée  permet notamment pour les collectivités locales de pouvoir inscrire les travaux d’accessibilité dans l’enveloppe de 20 Milliards € de prêts sur fonds d’épargne destinée à financer les investissements de long terme du secteur public local. 

    L’accessibilité devra être l’un des thèmes prioritaires de la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) « a minima pour les 3 années à venir »."

    Source : lemoniteur.fr

    Guy Duyckaerts

    *ERP : Établissement recevant du public

    Ad'AP : Agenda d'Accessibilité Programmé


    podcast

     P.S. : La Direction Départementale des Territoires nous affirme que des réunions d'information ont bien eu lieu en février 2015 et qu'elle informe les différents organismes pour promouvoir les Ad'ap.

  • Prison et handicap : constitution d'un groupe APF

    Prison et handicap : création d’un groupe initiative national et information sur Ban Public.

    Photo sculpture de Bronze Okand, wikimedia, jpgDepuis plusieurs années, des acteurs de l’APF - tant sur le plan national que local – se mobilisent sur le sujet de l’incarcération des personnes en situation de handicap.
    Le  sujet concerne particulièrement l’APF au titre de la défense des droits individuels et des droits fondamentaux ainsi que du respect de la dignité des personnes et de leur vie sociale.

     L’action de l’APF doit porter en direction :
           des personnes en situation de handicap et incarcérées ou récemment sorties de prison
           des proches de détenus en situation de handicap et leur environnement (visiteurs, travailleurs sociaux…)

    En 2013, l’APF a réalisé une enquête avec l’association Ban Public auprès de plus de 300 personnes elles-mêmes détenues.

    Suite à cette enquête et suite aux réflexions du groupe national informel constitué, le CA du 25 avril 2015 a labellisé un groupe d’initiative national « Prison et handicap » pour une durée de trois ans. Ce groupe est ouvert à tout adhérent, bénévole ou professionnel déjà sensibilisé ou mobilisé sur ce sujet, ainsi qu’à certains partenaires associatifs.

    Les objectifs du groupe initiative « Prison et handicap » seraient les suivants :

             rompre l’isolement des personnes en situation de handicap détenues et favoriser le développement de liens sociaux."

             être le " passeur  entre les acteurs du milieu carcéral(services pénitentiaires, associations de visiteurs de prisons, acteurs sociaux) et les détenus en situation de handicap, afin de mieux faire connaitre les droits  spécifiques des personnes en situation de handicap et d’évaluer leurs besoins en termes de services (soins, aides humaines…).

    Pour participer à ce groupe, il faut proposer sa candidature avant le 20 juin ( nous contacter )

    Photo : MjauMjauMjauMjau


    podcast

  • Opération "die-in" des personnes en situation de handicap place Beauvau : "Une marque d'abandon, un gâchis économique et social assez monstrueux" sur Atlantico

    Sur le site d'Atlantico.fr, un compte-rendu de l'action de l'APF à Paris et une interview d'Alain Rochon, président de l'APF : "Une quarantaine d'années après les premières esquisses légales et à l'aube de l'examen de l'Ordonnance à l'accessibilité au Sénat, la société française peine à faciliter la vie des personnes en état de handicap physique. Entre escaliers, manque d’ascenseurs ou de rampes d'accès, les handicapés ont bien du mal à se déplacer en France. En outre, leurs possibilités d'insertion sur le marché du travail restent marginales.

    Alain Rochon, Chaîne Youtube APF, jpgAtlantico : Le 2 juin prochain les Sénateurs examineront l'Ordonnance à l'accessibilité des établissements par les personnes handicapés. Pourquoi opter pour un die-in alors que les sénateurs cherchent via cette ordonnance à réduire les possibilités de dérogations et à augmenter les aides versées aux établissements publiques ?

    Alain Rochon : Tout d'abord, l'opération coup de poing a lieu ce matin en même temps que le Conseil des Ministres, place Beauvau, pour frapper plus fort.
    Notre mécontentement s'adresse principalement à l'encontre des Ministres et du Président de la République. Cette après-midi nous nous rendront au Sénat en vue de demander une rencontre avec les présidents de groupes. ..

    Atlantico :Selon vous, quelles sont les mesures à prendre impérativement pour faciliter la vie des personnes en état d'handicap ? Pensez-vous que les gouvernements y ont été insensibles jusqu'à aujourd’hui ?


    Alain Rochon :Le dossier numéro reste l'accessibilité pour handicapés moteurs. Ils doivent pouvoir sortir de chez eux, faire leurs courses, aller au cinéma… comme tout le monde ! 
    Récemment un sondage a été réalisé par l'IFOP duquel il ressortait que le grand public était assez proche de ces analyses. C'est-à-dire qu'il était loin d'être insensible à la question et se montrait en faveur d'une amélioration de l'accessibilité. Demeure donc la même incompréhension : pourquoi aucune action véritable n'est prise de la part de politiques ?  "

    La suite de la longue interview ici

    Photo : Alain Rochon, chaîne Youtube APF


    podcast

  • Mesdames et messieurs les sénateurs, engagez-vous pour l'accessibilité !

    Le Collectif pour une France accessible a interpellé, par courrier, les Sénateurs sur la nécessité d’amender l’Ordonnance relative à l’accessibilité qui sera examinée lors de la séance du 2 juin prochain.

    Affiche Accessibilité en danger, jpgEn effet, l’Ordonnance relative à l’accessibilité et ses textes d’application sont catastrophiques et annihilent une grande partie des objectifs initiaux de la loi de 2005.

    Le Collectif pour une France accessible, qui a interpellé de nombreux responsables politiques, a obtenu l’engagement d’une majorité de députés – députés du groupe Parti socialiste, du groupe Europe Ecologie Les Verts et du groupe Front de gauche – de ne pas ratifier l’Ordonnance en l’état.

    Le collectif demande ainsi aux Sénateurs de se mobiliser pour l’accessibilité universelle en ne ratifiant pas l’Ordonnance en l’état mais en y intégrant des modifications fondamentales permettant de construire une France accessible à tous.

    Enfin, afin d’exprimer un désaveu catégorique et argumenté vis-à-vis du Président de la République et du gouvernement qui restent indifférents à la mobilisation pour l’accessibilité, le Collectif pour une France accessible organise une Journée nationale d’actions le mercredi 27 mai.

    Vous pouvez, vous aussi, vous mobiliser virtuellement avec le visuel "Accessibilité en danger".
    Le principe est simple : imprimez le visuel (visuel téléchargeable ici : http://on.fb.me/1HwIhbu) et prenez vous en photo avec celui-ci. Postez ensuite la photo sur la page de cet événement.

    Mobilisons-nous largement pour montrer notre colère face aux reculs concernant l'accessibilité!
      Une mobilisation également en ligne ! Pour y participer rendez-vous ici

    Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

    Source : Reflexe-handicap.org


    podcast

  • "Assistanat sexuel : passer le handicap" avec Libération

    Jeudi, le quotidien Libération a consacré 4 pages à un dossier sur l'accompagnement sexuel et espère que le débat figé reprendra rapidement :

    Photo : AntonioCanova PsycheRevivedByCupidsKiss.JPG"Promis depuis des années, le débat sur l’accompagnement sexuel des personnes en situation de handicap est soigneusement esquivé. L’assistance sexuelle consiste, en échange d’une rétribution, à aider les personnes majeures en situation de handicap qui «ne peuvent pas avoir accès à leur propre corps» à découvrir leur identité sexuée, à explorer leur sensualité, à accéder à l’autonomie sexuelle. «Certains ont besoin d’aide pour expérimenter la sexualité. Il faut que ce besoin spécifique soit reconnu», expose Julia Tabath, présidente de CH(s)OSE, collectif réunissant des poids lourds du handicap comme l’Association des paralysés de France (APF) ou encore l’Association française contre les myopathies (AFM) et qui milite, depuis plusieurs années, pour l’instauration d’un «service d’accompagnement» avec des aidants dûment formés."

    A l'occasion de la sortie de l'autobiographie de Marcel Nuss, président de l'Appas* qui avait organisé la première formation d'assistants sexuels en France, Libération revient sur les promesses de François Hollande qui avait promis un débat public, puis "en 2013, le Comité consultatif national d’éthique a tranché défavorablement sur la question au nom «du principe de non-utilisation marchande du corps humain»." alors que " Plusieurs associations racontent les nombreuses sollicitations reçues de personnes voulant être mises en relation avec des assistants sexuels. "

    Libération livre aussi des interviews de plusieurs personnes handicapées qui ont des idées différentes :

    "Rémi Gendarme, 32 ans, handicapé moteur, réalisateur de documentaires  : «L’idée d’assistance sexuelle me choque»... ( nous avions parlé de lui, il y a quelques jours )

    Laetitia Rebord, 32 ans, atteinte d’une amyotrophie spinale  : «J’ai peur de mourir sans avoir eu de relation»...
    Julien, 27 ans, infirme moteur cérébral  : «J’ai déjà pensé faire appel à des prostituées»...

    et :

    "Sabine, 50 ans, assistante sexuelle  : «Je me mets à disposition de la personne»..."

    Source : Libération.fr, Photo : Pufacz

    *Appas : Association Pour la Promotion de l'Accompagnement Sexuel

    G.D.


    podcast