Revendication - Page 13

  • Agir contre les discriminations : l'union fait la force

    Dans une tribune publiée sur Mediapart le 5 mars dernier, plusieurs associations* dont l'APF ont déclaré être "intéressées mais vigilantes quant au projet d'action de groupe qui sera présenté au Parlement par Christiane Taubira, ministre de la Justice." ...

    Photo Dublin Castle Gates of Fortitude and Justice, jpg"Refusé à l'entrée d'un avion, un passager en fauteuil roulant risque fort de se résigner face à cette injustice. Mais s'il peut contacter d'autres personnes confrontées au même problème, ensemble, ils pourront attaquer en justice la compagnie aérienne. Dans certaines entreprises, une politique d'égalité salariale entre hommes et femmes peut sembler plus coûteuse que la condamnation éventuelle que pourrait obtenir telle ou telle employée. Mais avec l'action de groupe, le risque judiciaire et médiatique devient plus important, et il devient alors plus « rentable » d'être vertueux."

     

    Pour ces associations, "après plusieurs années de plaidoyer inlassable, c'est évidemment une bonne nouvelle (...) à condition que le texte respecte 3 conditions : qu'il permette aux associations comme aux syndicats d’accéder à l’action de groupe ; qu'il prévoie une indemnisation des victimes et une obligation de mettre un terme au mécanisme de discrimination visé par la procédure judiciaire ; et enfin qu'il s’applique à la fonction publique comme aux entreprises privées."

    Et de conclure : "Peu disposées à se laisser abuser, les associations de lutte contre les discriminations et les organisations syndicales souhaitent désormais rencontrer les ministres concernés, et estiment qu'il est temps de faire avancer l’égalité républicaine. Mais de le faire vraiment."

    Pour lire la tribune dans son intégralité, cliquez ici

    * : l'APF, la CGT, le Comité IDAHO, le CRAN, Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France, les Indivisibles, la Ligue des Droits de l'Homme, le MRAP, le Planning familial, Quinquas citoyens, le Refuge, République et Diversité et SOS Racisme

    Sources : reflexe-handicap.org, mediapart.fr, photo : J.H. Hanssen

  • Un chien ça ne se dégonfle pas !!

    L’Association Nationale des Maîtres de Chiens Guides d’Aveugles a lancé une vidéo rigolote dans le cadre de sa campagne "Partout avec mon chien guide" : Le sous-titre de la vidéo : Le jour où on pourra ranger un chien guide dans notre poche on vous le dira. En attendant laissez-nous entrer.

    L’objectif de cette nouvelle campagne, qui débutera par un colloque à l’Assemblée Nationale, est de nouveau le même : faire en sorte que tout le monde sache que l’accès des chiens guides, c’est obligatoire !

    Visuel ANMCGAEn effet, malgré la loi de 1987 qui  a précisé :
    « L’accès aux transports, aux lieux ouverts au public, ainsi qu’à ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative est autorisé aux chiens guides d’aveugle ou d’assistance accompagnant les personnes titulaires de la carte d’invalidité prévue à l’article L. 241-3 du code de l’action sociale et des familles.

    « La présence du chien guide d’aveugle ou d’assistance aux côtés de la personne handicapée ne doit pas entraîner de facturation supplémentaire dans l’accès aux services et prestations auxquels celle-ci peut prétendre. » de nombreux lieux testés en France refusent encore l'accès au chien. Une pétition à elle récolté plus de 40.000 signatures.

    De nombreuses personnes en situation de handicap moteur ont la chance d'avoir l'aide d'un chien d'assistance: handichiens.org.

    Source : anmcga.fr

  • Manifestation Ni Pauvre Ni Soumis à Nantes le 19 mars

    Vous souvenez-vous de la manifestation Ni pauvre Ni soumis à Perpignan en 2009 ? NPNS manifeste de nouveau :

    Affiche Ni Pauvre Ni Soumis, Nantes 19 mars, jpg

    Alors que le mouvement Ni Pauvre Ni Soumis fête son 7ème anniversaire, il est fondamental que nos revendications d’un accès à l’emploi pour tous et d’un revenu d’existence pour ceux qui ne peuvent plus ou pas travailler du fait de leur handicap ou de la maladie soient prises en compte dans les politiques publiques.

    Le mouvement Ni Pauvre Ni Soumis va agir fortement le jeudi 19 mars 2015 et lance un appel à venir le rejoindre à toutes les personnes concernées ou non, à tous les citoyens, à toutes les associations, à tous ceux qui souhaitent défendre les droits humains et une société solidaire.

     

     

    JEUDI 19 MARS 2015
    Rassemblement NPNS de 16h30 à 18h30
    Place Royale, à Nantes

    « Les INEGALITES ne connaissent pas la crise
    mais la FRATERNITE peut exister en actes »

     

    Source : Blog APF Loire Atlantique

  • "Adoption, hébergement, handicap : quelles compétences sociales restera-t-il au département ? " le Monde

    Selon un article du Monde :

    "A l'approche des élections départementales des 22 et 29 mars, les électeurs, comme les candidats, sont dans le flou : le redécoupage des cantons va modifier le rapport de force entre les partis, le mode de scrutin a évolué, et même les compétences des conseils généraux restent à définir dans le cadre de la loi NOTRe, après les élections…"

    Logo CG 48, jpgL'article de Philippe Euzen note aussi que les conseils départementaux sont en charge des collèges, des routes, des transports routiers, des bibliothèques et de certains musées,etc...

    Mais "leur compétence principale est d'assurer la solidarité en aidant notamment les plus fragiles et les personnes âgées. La loi du 27 janvier 2014 désigne en effet les départements comme « chefs de file » dans le domaine de l'action sociale, qui représente près de 50 % de leurs dépenses...." "« Le projet de loi NOTRe ne remet pas en cause ces compétences », assure la ministre de la décentralisation, Marylise Lebranchu."

    L'article prend ensuite l'exemple des élections départementales dans le Val de Marne où sont décortiqués les propositions des candidats au futur Conseil départemental qui comme tous les autres conseils généraux seront tous renouvelés  en changeant de nom.

     

    Ils gèreront toujours le Revenu de Solidarité Active, l'Allocation Personnalisée d'Autonomie et seront majoritaires dans les Commissions Départementales de l'Autonomie des Personnes Handicapées.
     
    A ce propos l'APF demande aux candidats de s’engager pour la politique locale du handicap, sur le droit à compensation et les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

    Ces deux sujets figurent parmi les piliers de la loi handicap de 2005, or l’APF constate, tant sur le plan national que local, des atteintes inadmissibles aux droits des personnes et la fragilisation des dispositifs d’accès aux droits.

    Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

    Pour lire la position de l’APF sur la PCH, cliquez ici, et sur les MDPH, cliquez ici

    Pour lire l’étude de la délégation APF de l’Hérault sur le coût du handicap, cliquez ici

    Sources : lemonde.fr, reflexe-handicap.org, photo : logo CG 48

  • L'APF demande aux candidats aux élections départementales de s'engager pour la politique locale du handicap

     

     

    Visuel élections départementales 2015, jpgA l’occasion des élections départementales de mars 2015, l’APF interpelle les candidats en leur demandant de s’engager pour la politique locale du handicap, sur le droit à compensation et les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

    Ces deux sujets figurent parmi les piliers de la loi handicap de 2005, or l’APF constate, tant sur le plan national que local, des atteintes inadmissibles aux droits des personnes et la fragilisation des dispositifs d’accès aux droits.

    Aussi, l’APF demande aux candidats de prendre trois engagements visant d’une part l’effectivité du droit à compensation universel et d’autre part le renforcement des MDPH. Des sujets fondamentaux pour la vie des personnes en situation de handicap et de leur famille que les futurs conseillers départementaux auront à gérer au quotidien.

    Comme le montre le sondage IFOP sur les 10 ans de la loi handicap, pour 93% des personnes en situation de handicap interrogées, les prestations de compensation perçues ne leur permettent pas de mener à bien leurs projets personnels. De même, 47% des personnes en situation de handicap interrogées ne sont pas satisfaites de l’accompagnement proposé par leur MDPH.

     

    Ainsi, il est urgent que les futurs conseillers départementaux se saisissent de ces questions dont ils sont en charge pour apporter des réponses aux difficultés quotidiennes rencontrées par les personnes en situation de handicap et leur famille.

     

    C’est une question de justice sociale et de choix politique !

     

    Aujourd’hui trop de plans de compensation sont revus à la baisse, laissant de nombreuses personnes sans les aides (techniques et humaines) nécessaires à leur vie quotidienne, notamment les personnes les plus dépendantes, aboutissant à l’appauvrissement de leur vie sociale et à l’exclusion. Les MDPH sont engorgées, la lenteur du traitement des renouvellements de dossiers entraîne des retards de notification qui ont des conséquences désastreuses dans l’attribution des aides pourtant indispensables.

     

    Enfin, et contrairement aux idées reçues, non le handicap ne coûte pas cher !  En effet, comme le démontre sans ambiguïté l’étude[1] sur le coût du handicap pour les départements,la part de la prestation de compensation du handicap (PCH) au regard du budget d’un conseil général est insignifiante !

     

    Non, la compensation du handicap ne peut pas être une variable d’ajustement !

     

    Non les droits des personnes ne peuvent pas être sacrifiés sur l’autel de l’austérité ! Toute restriction budgétaire dans ce domaine aurait de lourdes conséquences pour les personnes et se ferait au détriment des droits et de la vie des personnes déjà fragilisées par leur handicap.

     

    > Charte d’engagements des candidats

     

    Ainsi, l’APF demande aux candidats aux élections départementales de signer la charte d’engagements suivante :

     

    Candidat à l’élection départementale, je m’engage à :

     

    > Me mobiliser auprès du gouvernement et avec les associations de personnes en situation de handicap pour l’effectivité d’un droit à compensation universel, ce qui signifie :

     

      • réviser le périmètre, les tarifs et les plafonds de la prestation de compensation du handicap et supprimer les barrières d’âge d’accès à la prestation de compensation du handicap (PCH).
      • intervenir auprès de l’Etat pour une revalorisation du financement des prestations et des dispositifs basés sur la solidarité nationale (budgets de l’Etat et budget départemental).

     

    Garantir un plan de réponses de la MDPH conforme à une évaluation de situation individualisée et aux projets et besoins des personnes.

     

    > Garantir et améliorer le dispositif spécifique d’accès aux droits des personnes en situation de handicap. Garantir l’indépendance de la maison départementale des personnes handicapées vis-à-vis des conseils généraux, ce qui signifie :

     

      • Maintenir l’effectivité du groupement d’intérêt public de la MDPH.

     

    Les noms des candidats ayant signés cette charte d’engagements seront rendus publics par l’APF.

     

    > A télécharger :

     

    [1] Etude réalisée par la délégation départementale APF de l’Hérault

    Sources : Reflexe-handicap.org

  • Les MDPH restent des dispositifs agiles mais fragiles selon la CNSA

    Selon un article paru sur le site de la CNSA* :

    Capture écran CNSA Synthèse 2013, jpg

    "En 2013, quatre-vingt-dix-sept MDPH* ont transmis leurs rapports d’activité dans des délais permettant leur analyse, et autant ont répondu à l’enquête statistique sur leur activité."....

    "La synthèse 2013 met ainsi en exergue les principales caractéristiques du contexte dans lequel s’inscrivent les MDPH* :

    • la progression continue de l’activité, qui s’amplifie par rapport à l’année 2012 ;
    • la progression persistante du nombre de premières demandes en matière de scolarisation ;
    • le poids important et constant de l’activité liée à l’emploi et à l’attribution des cartes, notamment pour les personnes âgées de soixante ans et plus."...

    "La lecture de cette synthèse permet de constater que les MDPH, qui fêteront leurs dix ans d’existence l’an prochain, restent des dispositifs « agiles », mais fragiles, et sont souvent des terrains d’expérimentation et d’innovation."...

    On constate une hausse de 8% des demandes, une progression de l'activité liée à l'emploi et à l'AAH* et pour la PCH* le taux d'accord tombe à 46,5%

     

    *CNSA : Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie

    * MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées

    *AAH : Allocation Adulte Handicapé

    *PCH : Prestation de Compensation du Handicap

    Source et article complet : cnsa.fr