UA-108877952-1

Revendication - Page 41

  • De nouvelles normes pour faciliter l'accessibilité

    Pictogramme handicapsUne envie pressante, au cinéma ou au restaurant ? Prenez quand même le temps d’avoir une petite pensée pour l’arrêté du 1er août 2006. Il précise, entre autres, les dispositions techniques que doit respecter le « cabinet d’aisances aménagé » obligatoire dans tout sanitaire ouvert au public : la largeur de la porte, la hauteur de la surface d’assise « abattant inclus », etc. Bref, l’accessibilité repose sur tout un ensemble de normes.

    Faciliter l’adaptation des bâtiments sans léser les personnes handicapées

    C’est cet « environnement normatif » sur lequel a planché un groupe de travail comprenant professionnels, associations de personnes handicapées et pouvoirs publics durant le dernier trimestre 2013. Le deuxième volet, avec les agendas d’accessibilité programmée, de la réforme accessibilité de la loi de février 2005. Objectif : assouplir certaines normes afin de faciliter l’adaptation des établissements recevant du public et des logements sans léser les personnes en situation de handicap.

    Lire la suite

  • Elections municipales : Candidats, engagez-vous pour l'accessibilité

    Marianne accessible, APFAprès avoir interpellé les candidats sur leur programme, l’APF leur demande de s’engager officiellement pour l’accessibilité de leur ville en signant son appel sur

    www.necoutezpasleslobbies.org

    www.change.org/accessibilite

    Elle les invite ainsi à rejoindre les plus de 110 000 citoyens qui ont déjà dit Oui à l’accessibilité -et Non à 10 ans de plus- en signant cette pétition soutenue par Philippe Croizon.
    Les futurs élus municipaux ne peuvent pas rester sourds à ce combat pour l’accessibilité qui réunit largement les Français en étant ni partisan, ni communautaire et qui est révélateur d'une véritable demande sociale, puisque l'accessibilité profite à de nombreux publics (personnes âgées, parents avec poussette, femmes enceintes, etc.).

    L’APF appelle également les Français à poursuivre et amplifier ce véritable élan de solidarité qui dit aussi l’envie d’égalité et de fraternité, et à interpeller les candidats sur les réseaux sociaux : #LibertéEgalitéAccessibilité

    En février dernier, l’APF sortait son baromètre de l’accessibilité des villes en France avec un constat accablant : à  peine plus de la moitié des écoles et seulement 42% des réseaux de bus accessibles aux personnes en situation de handicap par exemple.
    Or, les municipalités ont un rôle fondamental dans la prise en compte des 10 millions de citoyens en situation de handicap (Chiffre INSEE) et la mise en œuvre d’une politique de proximité du handicap.
    En ce qui concerne l’accessibilité, les municipalités sont en 1ère ligne puisque la liberté d’aller et de venir dépend de leur volontarisme politique en la matière.

    À quelques jours du 2ème tour des élections municipales, l’APF attend donc des candidats un engagement fort et concret pour l’accessibilité de leur ville : la signature de sa pétition pour l’accessibilité sur www.necoutezpasleslobbies.org et www.change.org/accessibilite

  • Avez-vous pu voter?

    isoloir, urne, voteUn escalier pour accéder à votre bureau de vote ?

    Un isoloir dans lequel vous ne pouvez pas rentrer en fauteuil ? Une urne trop haute pour que vous puissiez y glisser votre bulletin ? Et si, ce dimanche 23 mars, lors du 1er tour des élections municipales, vous avez rencontré des difficultés pour voter, parce que vous êtes en situation de handicap ?

     

    Alors, saisissez le Défenseur des droits. C’est Dominique Baudis lui-même qui vous y invite.

     

     Il « souhaite faire des élections municipales des 23 et 30 mars prochains une opération test grandeur nature ». Et demande donc aux personnes handicapées ayant eu des problèmes pour voter de le saisir sur son site Internet ou de le contacter au 09 69 39 00 00.

    Source : Faire-face.fr Franck Seuret, Photo : Rama

  • Quand une pétition dépasse les 100 000 signataires en une semaine

    La pétition lancée par l’APF, avec le soutien du sportif handicapé Philippe Croizon, jeudi 13 mars sur change.org pour « dire oui à l’accessibilité », s’est répandue comme une bouffée de colère. La colère de toutes ces personnes en situation de handicap ne veulant pas attendre dix années de plus leur liberté d’aller et venir. Résultat : 100 000 signataires en une semaine !

    APF Petition, Croizon, change.org

     

    Le Premier ministre a en effet annoncé fin février que les exploitants n’ayant pas rendu accessibles leur établissement recevant du public ou leur service de transport avant début 2015 bénéficieront d’un délai supplémentaire de trois à neuf années, voire un peu plus, s’ils s’engagent formellement sur un calendrier chiffré des travaux à réaliser. C’est le dispositif des agendas d’accessibilité programmée (Ad’ap).

     

    « Un des meilleurs démarrages » des 22 000 pétitions de change.org

    http://www.change.org/accessibilite

    « C’est l’un des meilleurs démarrages enregistrés parmi les 22 000 pétitions mises en ligne sur notre site, précise Sarah Durieux, chargée de campagne senior de la plateforme change.org. Le résultat est d’autant plus remarquable qu’elle a bénéficié d’une faible médiatisation. Mais le texte en préambule de la pétition, rédigé par Philippe Croizon, lui a apporté une dimension humaine. »

    Une audience « révélatrice d’une véritable demande sociale ».

     

    Lire la suite

  • Les hôteliers jouent les mauvais coucheurs pour l'accessibilité

    Lits, accessibilité, APF, Faire-faceUn déplacement ou des vacances en vue ? Vous risquez de passer du temps à trouver un hôtel accessible. Seul un hôtelier français sur quatre (27%) déclare respecter les normes, selon une récente étude réalisée par le cabinet de marketing hôtelier MKG Hospitality et publiée sur son site Hospitality On.

     

    4 hôteliers sur 10 n'envisagent ni de faire des travaux avant 2015, ni d'en programmer pour après

    En matière de calendrier de travaux, c'est encore pire. Seul un hôtelier sur cinq a établi un calendrier de travaux et un sur dix (12%) se déclare prêt à le faire. En revanche, ils sont quatre sur dix qui n’envisagent ni de réaliser les travaux avant l’échéance légale du 1er janvier 2015, ni de s’engager sur une programmation. 40% rejettent donc de fait les agendas d’accessibilité programmée (Ad’ap). Ce dispositif, proposé par le gouvernement, leur permettrait de bénéficier de trois années supplémentaires pour se mettre aux normes, comme l’exige la loi de février 2005.

     

    Pour 3 hôteliers sur 10, accessibilité ne rime pas avec rentabilité

    Quels sont les freins, interrogent les auteurs de l'étude ? D’abord, la conviction que l’investissement ne pourra pas être rentabilisé pour 31% des hôteliers interrogés. 26% évoquent une incompatibilité des normes avec les caractéristiques physiques du bâtiment et 21% estiment les travaux réalisables mais très lourds.

    Source : Faire-face.fr Franck Seuret , Photo DR

    Trop rares sont les gîtes et chambres d'hôtes accessibles en Lozère NDLR