Revendication - Page 2

  • "L’Etat veut piocher dans les bas de laine des handicapés " explique Libération

    Libération.JPGDans un long article de Marie Piquemal et Elsa Maudet, Libération raconte que :

    "Le projet de loi de finances prévoit de diminuer des aides pour les adultes en incapacité de travailler, lorsqu’ils ont un Livret A. Une pétition a déjà réuni 20 000 signatures. [ La pétition en question est celle lancée par l'APF : à signer ici ]

    Paniqué, il a clôturé son Livret A et transféré ses 13 500 euros d’économies sur son compte courant. «Cet argent, je l’ai mis de côté pour m’aider si ma maladie s’aggrave.» Thierry, 31 ans, vit avec une allocation aux adultes handicapés (AAH) mensuelle de 808 euros, à laquelle s’ajoutent 180 euros versés aux personnes, comme lui, en incapacité totale de travailler. Si maigres soient-elles, ces ressources vont être réduites. Lors de l’examen du projet de loi de finances 2016, les députés ont voté en première lecture une mesure décomptant de l’AAH les intérêts perçus des comptes épargne (Livret A, plan épargne logement…)...Mais si demain les comptes épargne entrent dans l’équation, il suffira de toucher un malheureux petit euro d’intérêt par an (dès 133 euros d’épargne sur un Livret A) pour perdre la totalité de ce complément chaque mois ! Soit une perte de 1 257 à 2 152 euros par an.

    Justification avancée par Bercy : les autres minima (RSA et minimum vieillesse) étant calculés ainsi, il n’y a pas de raison que l’AAH, dont bénéficient un million de personnes pour un coût de 8,5 milliards d’euros, échappe à la règle. Et tant pis si l’on parle ici de personnes handicapées...

    «Mais c’est une faute politique grave, s’indigne Véronique Bustreel conseillère ressources de l'APF. Les gens vivent ça comme une injustice de plus.» Cette histoire d’allocation s’ajoute notamment à la reculade sur l’accessibilité des lieux recevant du public, inscrite dans la loi de 2005 et une nouvelle fois reportée.

    A ces contentieux en pagaille avec les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) qui décident de la pluie et du beau temps : suppression soudaine des allocations, diminution du nombre d’heures d’aides humaines et disparité de traitement selon les départements. «J’ai de plus en plus de clients qui se voient refuser leurs droits au moment de leur renouvellement, affirme l’avocat Alexis Ridray. Les MDPH, en charge de l’évaluation des besoins, sont sous la tutelle des départements. Des décisions qui sont souvent motivées par des raisons budgétaires

    ..."

    Des témoignages viennent compléter l'article

    Pétition.JPGPour signer la pétition, cliquez sur l'image ci jointe.

    Source et article complet : http://www.liberation.fr

    Icône audidescription.jpg


    podcast

  • Alerte sur les ressources : Stop à l'indécence !

    Dessin Alerte sur les ressources  Stop a l'indécence.jpgL’Association des Paralysés de France (APF) lance une alerte vigoureuse sur l’impact des mesures du projet de loi de finances (PLF) pour 2016 sur les bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH) et de ses compléments.

    Les nouveaux modes de calcul de l’AAH et de l’APL proposés par le PLF 2016 vont avoir un effet désastreux sur le niveau de vie de plusieurs centaines de milliers de personnes en situation de handicap.

    Le PLF 2016 en prévoyant de prendre en compte dans le calcul de l’AAH les menus intérêts des livrets non soumis à l’imposition sur le revenu va faire perdre des sommes considérables à plus de 200 000 personnes, parmi les plus vulnérables, en les excluant de leurs droits connexes (complément de ressources et majoration pour la vie autonome). 

    Et cela ne suffisant pas, le PLF prévoit également d’intégrer le patrimoine et le montant exorbitant de certains loyers dans les critères d’éligibilité de l’aide personnalisée au logement (APL) sans s’interroger sur l’impact de cette mesure sur les personnes en situation de handicap. 

    Ces deux décisions vont venir aggraver considérablement les conditions de vie déjà précaires d’un grand nombre de citoyens qui vivent déjà sous le seuil de pauvreté. Pour une poignée d’euros, le gouvernement est prêt à sacrifier les personnes en situation de handicap.

    L'APF alerte le gouvernement et lance une pétition sur change.org 

     www.change.org/HandicapStopIndecence !

    Le communiqué de presse est ici

    Icône audidescription.jpg


    podcast

  • Menaces sur les MDPH : ce 14 octobre a été journée de mobilisation nationale !

    Affiche MDPH Stop à la casse.jpgMercredi 14 octobre, jour de mobilisation pour dire « Stop à la casse des MDPH ! », l’APF, après avoir interpelé la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a alerté les parlementaires.

    Dans un message d'alerte qui vient de leur être adressé, l’association a souligné la nécessité de garantir l’indépendance des Maisons départementales des personnes handicapées et de renforcer leurs moyens.

    En parallèle, des actions ont eut lieu dans toute la France et un rassemblement a été organisé à Paris à 14h devant le ministère des Affaires sociales. L’APF a remis à cette occasion les plus de 36 000 signatures de la pétition « Touche pas à ma MDPH ! ».

    L’APF a lancé également une mobilisation en ligne en proposant aux internautes sur Facebook de créer une chaîne et d’apporter ainsi leur brique à l'édifice.

    Source : http://www.reflexe-handicap.org

    Icône audidescription.jpg


    podcast

  • Lettre ouverte à la Présidente du Conseil Départemental de Lozère

    Logo APF48.pngStop à la casse de la MDPH

    Madame la Présidente du Conseil Départemental de Lozère, 


    Alors que la Maison Départementale des Personnes Handicapées de Lozère remplit assez bien son rôle, vous voulez créer à la place une Maison Départementale de l’Autonomie qui engloberait les personnes âgées dépendantes ou en perte d’autonomie et les personnes en situation de handicap.


    Pourquoi créer un nouveau machin ?  Ne serait-il pas plus juste que toutes les personnes en situation de handicap ou dépendantes puissent avoir accès aux mêmes droits, aux mêmes prestations et ce quel que soit leur âge ?


    Il y a six mois, à peine, Madame Pantel,  vous avez signé, vous et votre colistier, la charte de l’APF où vous vous engagiez à vous mobiliser auprès du gouvernement, avec nous et d’autres associations, pour le droit à compensation universel, pour supprimer les barrières d’âge.  Vous vous engagiez aussi pour garantir l’indépendance de la Maison Départementale des Personnes Handicapées.


    Vous voulez créer 5 nouveaux lieux d’accueil pour cette MDA, dans les Centres Médico-sociaux. C’est très bien, mais aucun n’est accessible totalement !
    C’est un comble pour l’accueil de personnes handicapées ou dépendantes !!


    Madame Pantel, nous vous en prions, ne cassez pas la MDPH de Lozère, arrêtez votre projet !


    Nous sommes, bien sûr, à votre disposition pour en discuter de pleine voix.


    Cordialement,  l’APF Lozère

    Icône audidescription.jpg


    podcast

  • On ne peut pas dire "tant pis pour vous" à ceux qui n'ont pas de vie affective et sexuelle

    Huffingtonpost blogs.JPGDécouvrez sur Huffingtonpost un long texte de Pascale Ribes, vice-présidente de l'APF :

    "SEXUALITÉ - Il ne faut pas se mentir ni nier une réalité, il y a des personnes en situation de handicap qui n'ont pas de vie affective et sexuelle en raison de leur handicap et qui sont en souffrance.
        On ne peut pas dire "tant pis pour vous" à une personne qui a une atrophie des membres supérieurs et ne peut pas se toucher!
        On ne peut pas dire "tant pis pour vous" à un couple de personnes en situation de handicap qui ne peut pas avoir de rapport sexuel sans aide humaine!
        On ne peut pas dire "tant pis pour vous" à quelqu'un qui vous dit "Je ne veux pas mourir sans avoir fait l'amour une fois dans ma vie"!
        On ne peut pas dire "tant pis pour vous" à un parent qui se voit obligé de masturber son enfant pour le soulager et calmer ses crises!
        On ne peut pas dire "tant pis pour vous" à quelqu'un qui vous dit "j'aimerais savoir ce que c'est que d'avoir du plaisir"!
        On ne peut pas dire "tant pis pour vous" à quelqu'un qui s'automutile en se masturbant!"

    ...

    En 2011, l'APF a adopté une motion dans laquelle elle demande au président de la République, au gouvernement et aux parlementaires de faire évoluer la législation pour permettre la création de services d'accompagnement sexuel faisant appel et supervisant des assistants sexuels, dûment formés.

    ...

    D'où la nécessité pour l'APF d'organiser le débat public sur ce sujet avec tous les acteurs concernés !"

    Source et article complet : http://www.huffingtonpost.fr

    Icône audidescription.jpg


    podcast