UA-108877952-1

Infos - Page 108

  • Le nombre de morts, de handicaps et de pathologies liées aux AVC pourrait doubler d'ici 2030

    Ce mardi 29 octobre, c'est la journée mondiale de l'AVC. 16,9 millions : c’est le nombre d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) survenus à travers le monde en 2010, soit 68% de plus qu'en 1990. AVC, Olivier CrocCette évaluation résulte d’une vaste étude menée auprès de 119 pays (58 dont la population est considérée comme à haut revenu et 61 à bas ou moyen revenu) et publiée dans la revue médicale britannique The Lancet, le jeudi 24 octobre 2013. Une autre y constate qu’un nombre croissant d'adultes de moins de 65 ans sont concernés, notamment dans les pays en développement, par ces accidents que favorisent l'hypertension artérielle, la sédentarité, l'obésité ou encore le tabagisme. (ici et ici, en anglais).

    En vingt ans, les AVC ont augmenté de 25% chez les 20-64 ans, ce qui, au regard du nombre total d'AVC, porte leur part à 31% en 2010 (contre 25% en 1990). Des données qui contredisent le fait de les associer habituellement au vieillissement et de les penser plus fréquents chez les personnes âgées.

    Autre donnée préoccupante : la mortalité des AVC dans les pays en développement est en hausse (+42%), alors qu'elle a baissé de 37% dans les pays riches ces vingt dernières années. Si la tendance actuelle se poursuit, le nombre de morts pourrait doubler d'ici à 2030, Tout comme celui de personnes survivant à un AVC (70 millions en 2030, contre 33 millions en 2010) et celui des handicaps et des pathologies associées (200 millions, contre 102 millions en 2010).

    Source : Faire-face.fr Elise Jeanne, Infographie : Olivier Croc

    À souligner que dans son numéro d'octobre 2012, le magazine Faire Face a consacré un dossier complet à l'accident vasculaire cérébral.

  • Etablissements et handicap : l'État trouve une place à Amélie... et renonce à faire appel de la décision de justice

    L’État vient de faire volte-face et de renoncer à faire appel de la décision de justice dans l’affaire Amélie Loquet, cette jeune femme lourdement handicapée qui vit au domicile de ses parents depuis un an, faute de place en établissement adapté. Palais de justice, Photo DR Le 7 octobre, le Tribunal administratif de Pontoise avait enjoint à l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France de lui proposer « la prise en charge effective, dans un délai de quinze jours (c’est-à-dire avant le 24 octobre), par un établissement médico-social adapté à son état ».

    Hier matin, 23 octobre, l’ARS annonçait aux parents d’Amélie qu’ils auraient une place pour leur fille à compter du 4 novembre prochain, avec un mois d'essai. « Dans une Maison d’accueil spécialisée à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) », pas très loin de chez ses parents, confirmait à l’AFP Jacques Loquet, le père de la jeune fille. Mais dans la soirée, le ministère délégué aux personnes handicapées annonçait qu'il avait fait appel tout en précisant qu'« en réalité, ce recours ne concerne pas Amélie ».

     

    Source et suite de l'article : Faire-face.fr Franck Seuret, Photo DR

  • Handéo évalue à 23 € le coût de revient d’une heure d’aide à domicile

    23 euros : voilà le coût de revient horaire moyen d’une prestation d’aide à domicile adaptée aux personnes handicapées, selon Handéo qui a dévoilé les résultats d’une étude menée auprès de services labélisés. Jean de Cori, Aide auix pauvres en Chine, Livre du grant Caan Et encore ce coût ne tient-il pas compte des frais de déplacement, ni des éventuels surcoûts liés au travail le dimanche et les jours fériés ou à une prestation 24h/24. Il varie également d’une structure à l’autre en fonction de leur localisation géographique, de l’ancienneté des salariés, du volume d’intervention, etc. « Il existe une marge de variation autour des moyennes obtenues, précise Guillaume Quercy, chargé de mission observatoire des aides humaines à Handéo, cette enseigne nationale, qui a créé Cap’handéo, le label handicaps des services à la personne, mais notre étude livre des ordres de grandeur et fournit des repères pour appréhender plus justement le coût de la prestation d'aide à la personne en situation de handicap à domicile. »

    Source et suite de l'article : Faire-face.fr Franck Seuret , Photo : Jean de Cora

  • Demain samedi : Journée de l'accessibilité 2013 avec Jaccede.com

    Source : Jaccede.com et la Française des jeux ( soutien du spot )

  • Avec le décès de Jean-Marie Barbier, ancien président de l'APF, le monde du handicap perd un homme d'engagements et d'actions

    Décès Jean-Marie Barbier, APF, deuilC’est avec une immense tristesse et beaucoup d’émotion que l’Association des paralysés de France (APF) a appris la disparition de Jean-Marie Barbier, président de l’association de mars 2007 à avril 2013. Jean-Marie Barbier est décédé mardi 22 octobre, des suites d’une atteinte cérébrale. L’APF pense tout particulièrement à son épouse et à ses trois enfants, et tient à leur adresser ses sincères condoléances.

    « Enfant de l’APF », adhérent de « toujours », entré au Conseil d’administration de l’APF en 1987, Jean-Marie Barbier a été président de l’association de mars 2007 à avril 2013. De nombreux combats ont été menés durant ses années de présidence, notamment la manifestation « Ni pauvre ni soumis » du 29 mars 2008, l’adoption du projet associatif « Bouger les lignes ! Pour une société inclusive » et la concrétisation des processus de démocratie interne dans toutes les strates de l’association.

    L’APF perd en ce jour l’un de ses piliers, un militant fervent, une figure charismatique qui a dédié une grande partie de sa vie à la défense des droits des personnes en situation de handicap et de leur famille, à l’APF et à ses acteurs dont il était très proche.

    Lire la suite