Infos - Page 105

  • Personnes handicapées : un dispositif d’alerte et de traitement des « situations critiques »

    « Un dispositif d’alerte et de traitement des situations critiques » va être « rapidement » mis en place, a annoncé Marie-Arlette Carlotti.

    Alerte maltraitance, handicap, MDPH La ministre déléguée aux personnes handicapées a présenté aux directeurs généraux des agences régionales de santé (ARS), jeudi 14 novembre, ce dispositif quiconcernera « les personnes dont la complexité de la situation génère des ruptures de parcours et menace l’intégrité de la personne et/ou de sa famille. » Comme Amélie Loquet, cette jeune femme lourdement handicapée, dont les parents avaient saisi la justice car elle n’avait pas de place en établissement. La décision du tribunal administratif d’enjoindre l’ARS d’Île-de-France à lui proposer une solution a poussé la ministre à réagir et à mettre en place cette nouvelle organisation.

     

    Un dispositif à plusieurs étages

    À l’échelon départemental, les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) devront installer une commission en charge de la gestion des situations critiques. Les personnes pourront saisir directement la MDPH ou passer par le 39 77, le numéro national contre la maltraitance. À l’échelon régional, les ARS désigneront un référent ayant pour mission d’identifier des solutions régionales pour prendre en charge les personnes pour lesquelles aucune solution n’aura pu être identifiée par les MDPH. Dès lors qu’une solution régionale n’aura pu être trouvée, l’ARS devra alerter la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) qui va mettre en place une cellule d’appui aux situations critiques afin de trouver les solutions adéquates et d’identifier les bonnes pratiques d’accompagnement.

    Source et suite de l'article : Faire-face.fr Franck Seuret,

  • Services pour personnes handicapées : de fortes disparités régionales

    SAMSAH, SAVS, Disparités régionales, synthèse départements

    Besoin des services d’un Samsah (Service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés) ou d’un SAVS (Service d’accompagnement à la vie sociale) ? Mieux vaut habiter en Limousin, Franche-Comté, Bretagne, Bourgogne ou Aquitaine, les régions les mieux dotées, plutôt qu’en Corse, Île-de-France, Paca ou Picardie ou en Lozère *, qui ont des niveaux d’équipement très inférieurs à la moyenne. Il existe en effet de fortes inégalités régionales dans l’implantation des services sociaux, médico-sociaux et sanitaire à domicile (Sad), rappelle la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (Fehap), privés non lucratifs, qui a rendu public, jeudi 7 novembre, ses 26 études régionales ainsi qu’une synthèse nationale.

     Source et suite de l'article : Faire-face.fr Franck Seuret, Photo : DR

    *La Lozère offre moins de 5 places pour 1000 adultes âgés de 20 à 65 ans ( NDLR )

  • Le catalogue APF Evasion Enfance Jeunesse Hiver Printemps est sorti

    Le catalogue Enfance Jeunesse Hiver Printemps 2014 est disponible sur le site http://www.apf-evasion.org/

    APF Evasion, enfance, jeunesse, catalogue hiver printemps

  • Des sénateurs s’opposent au respect des normes d’accessibilité pour les maisons d’assistant(s) maternel(s)

    Les normes accessibilité seraient en train de bloquer le développement des maisons d’assistants maternels (Mam) : c’est ce qu’ont dénoncé des sénateurs lors d’un colloque qui s’est tenu le 4 novembre, et dont la Gazette des Communes s'est fait l'écho.Bébé, photo DR, Faire-face.fr Sénateurs parmi lesquels Jean Arthuis (UDI), également président du Conseil général de la Mayenne (53) département qui, sur les 647 Mam ouverts en France depuis 2010, en compte 53 à lui seul.

    Le principe des Mam ? Plusieurs assistant(s) maternel(s) y sont regroupé(e)s ce qui permet de pallier l’inadaptation de leur logement à l’accueil des plus petits mais aussi de proposer des horaires de garde plus étendus aux familles.

     

    Source et suite de l'article : Faire-face.fr, Photo : D.R.

  • Débat public : Comment améliorer l'accès aux soins pour tous en Languedoc-Roussillon ?

    La CRSA* du Languedoc-Roussillon, a pour mission – comme toutes les CRSA - d'organiser chaque année un débat public, qui cette année, en Languedoc-Roussillon se tiendra au lycée Daudet de Nîmes, 3 Bd  Victor Hugo de 10h à 12h30/13. (accueil 9h45) le 30 novembre.

    Lycée Aphonse Daudet, Nimes, CRSA

    Le débat public a pour objectif de concourir à l’expression des préférences collectives en matière de santé et a pour finalité de questionner un projet, un choix collectif ou une orientation politique, afin de dégager un consensus sur une orientation en prenant en compte la parole de chacun quel qu’il soit.

    Le Comité de pilotage, a choisi de se concentrer sur le sujet de l'accès aux soins en région LR en posant la question " Comment améliorer l'accès aux soins pour tous en Languedoc-Roussillon ?"

    6 mots-clefs  ont été identifiés pour structurer le débat public : Délai ; distance ; paiement; remboursement ; urgence ; prise en charge et attente;

    3 thèmes, déclinaisons des mots-clefs, pour fluidifier le débat, seront expliqués de manière synthétique sur des fiches mises à disposition des participants avant le débat public et le jour même, et disponibles dès l'annonce au grand public du débat sur le site de l'ARS*et transmis aux médias locaux.·         

            L’accès aux médecins traitants généralistes et spécialistes
            L’accès aux soins des adolescents et des étudiants
            La continuité de la prise en charge et de l’accompagnement

    Des "micro-trottoirs, filmés pour chacun de ces thèmes permettront à l'animateur (trice), de faire la transition entre chacun des thèmes et de lancer les débats, tout en le rythmant.

    *CRSA : Conférence Régionale de la Santé et de l'Autonomie

    * ARS : Agence Régionale de la Santé

    Source : Bureau Régional APF