Emploi - Page 5

  • Elles ont créé leur entreprise grâce au micro-crédit

    Micro crédit, emploi, ADIE« Il était vital que je retravaille. Pas seulement pour gagner ma vie, mais aussi pour garder goût à cette vie. » Laetitia Hard, 42 ans, affiche une détermination, que la fibromyalgie dont elle est atteinte depuis 2007, n’a pas entamée. Début novembre 2013, cette Picarde de 42 ans, souffrant de douleurs musculaires chroniques, a créé une boutique d’accessoires, de produits cosmétiques et autres articles de mode, à Flesselles (Somme), près d’Amiens. Grâce au soutien financier de l’Adie, l’association qui a organisé la semaine du micro-crédit (du 3 au 7 février).

    Pas d’apport = pas de prêt bancaire

     

    Un nouveau départ pour cette ex-auxiliaire de vie, licenciée pour inaptitude, courant 2013, car sa maladie l’empêche de porter des charges, lever les bras, etc. « Je ne voulais pas rester à la maison, à ne rien faire. On a vite fait de tomber toujours plus bas. » Elle se lance dans le commerce ambulant, qu’elle doit vite abandonner : trop fatigant. Mais la clientèle existe et elle monte un projet de boutique, à créer dans le centre commercial du village. Reste à trouver le financement. « Les banques, ce n’était même pas la peine d’y penser vu que je n’avais pas d’apport. Et comme je n’ai pas la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé *, je n’avais pas le droit aux aides de l’Agefiph. »

     

    Un prêt de 7 200 €

    Le salut viendra de l’Adie. L’association finance, à hauteur de 10 000 € maximum, des micro-entrepreneurs n’ayant pas accès au crédit bancaire...

    Source et suite de l'article : Faire-face.fr Franck Seuret, Photo : DR

     

  • Projet de loi sur l'égalité hommes-femmes : et si le législateur privait aussi de marchés publics les entreprises qui n'emploient pas 6% de travailleurs handicapés ?

    Code Marché publicPour lutter contre le chômage des personnes handicapées, les Parlementaires pourraient avoir la bonne idée de s’inspirer du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, texte adopté par l’Assemblée nationale, en première lecture, ce mardi 28 janvier.

    Il prévoit, entre autres, d’interdire l’accès aux marchés publics, aux délégations de service public et aux contrats de partenariats, aux entreprises ne respectant pas les dispositions sur l’égalité entre femmes et hommes, et notamment l’obligation faite aux sociétés de plus de 50 salariés d’engager une négociation en matière d’égalité professionnelle.

    ...

    Source et suite de l'article : Faire-face.fr Franck Seuret,

  • Lutte contre la pauvreté : le gouvernement veut mieux accompagner les personnes handicapées vers l’emploi

    J.-M. Ayrault, Matignon, photo C.Chavan« La situation particulière des personnes en situation de handicap est peu traitée en tant que telle dans le plan » quinquennal de lutte contre la pauvreté. François Chérèque rappelle cette évidence dans le rapport d'évaluation de la première année de ce plan, remis le jeudi 23 janvier au Premier ministre Jean-Marc Ayrault. L'ancien secrétaire général de la CFDT précise toutefois que les allocataires de l’AAH ont bénéficié mécaniquement de l’extension des tarifs sociaux du gaz et de l’électricité et qu'il a été chargé d’animer un groupe de travail « visant à évaluer les difficultés, notamment financières, des personnes handicapées en situation de précarité et à identifier les freins spécifiques dans l’accès aux droits sociaux ». Ses conclusions devront être « opérationnelles » pour la conférence nationale du handicap, programmée à l’automne.

    Expérimenter un accompagnement renforcé des demandeurs d'emploi handicapés

    Le lendemain de la remise du rapport, le Premier ministre a dévoilé la feuille de route du gouvernement pour la 2e année du plan. Parmi les différentes mesures annoncées : l’expérimentation d’une « prestation spécifique d’accompagnement » pour permettre au service public de l’emploi de « suivre les personnes une fois leur employabilité avérée ». Objectif visé ? Permettre aux agents de Pôle emploi et Cap emploi de missionner un prestataire chargé d'accompagner certaines personnes en situation de handicap ayant été jugées aptes à travailler par les MDPH.

    Source et suite de l'article : Faire-face.fr Franck Seuret, Photo : C. Chavan- Matignon

  • Signature d’une convention cadre FEPEM - APF : Plus d’accompagnement pour les 70 000 particuliers employeurs en situation de handicap

    FEPEM, APF, conventionL’Association des paralysés de France (APF) et la Fédération des Particuliers Employeurs de France (FEPEM) mutualisent leurs expertises au service des 70 000 particuliers employeurs en situation de handicap. Pour une meilleure inclusion des personnes en situation de handicap dans le cadre de leur vie à domicile et pour la défense de leurs droits de particuliers employeurs, l'APF et la FEPEM signent aujourd'hui une convention cadre autour de deux engagements communs :

    • L’accompagnement des particuliers employeurs en situation de handicap dans leur rôle d’employeur

    Le mode mandataire permet à de nombreuses personnes en situation de handicap d’être sécurisées et accompagnées dans la mise en œuvre de leurs droits et devoirs d’employeurs.

    Cette convention entre l’APF et la FEPEM sera l’occasion de conforter les structures dans leurs activités et d’adapter des outils spécifiques liés à l’accompagnement des particuliers employeurs en situation de handicap. Cette action se déploiera notamment via Fédération Mandataires, fédération des services mandataires créée en 2004 avec la participation de la FEPEM pour l'accompagnement du secteur.

     

    • La défense des droits des particuliers employeurs en situation de handicap

    Membres du Conseil National Consultatif des Personnes handicapées (CNCPH), l’APF et la FEPEM souhaitent défendre le libre choix du mode de vie des personnes en situation de handicap et sensibiliser les pouvoirs publics aux besoins des particuliers employeurs en situation de handicap afin de leur permettre de mener une vie autonome à domicile.

    Signée pour deux ans, cette convention cadre fera l’objet de plans d’action annuels partagés et évalués pour préciser les modalités de développement des différentes actions.

    Source : Espace presse APF

  • CESU ou URSSAF : un choix stratégique pour le particulier-employeur et ses salariés

    Les particuliers-employeurs doivent déclarer les salaires versés et payer les charges sociales. Pour cela, ils peuvent choisir entre 2 dispositifs : l'URSSAF ou le CESU (Chèque Emploi Service Universel).

    Si le CESU a été créé spécifiquement pour les particuliers-employeurs pour simplifier leurs démarches, il s'avère inadapté dans certaines situations (en savoir plus) et nécessite l'accord du salarié. Dans ce contexte, des particuliers-employeurs sont amenés à privilégier le dispositif URSSAF.

    Que l'on opte pour le CESU ou pour l'URSSAF, ce choix n'est pas anodin : il conditionne en partie les relations de travail entre l'employeur et son salarié.

    Parce que chaque dispositif possède ses avantages et ses inconvénients, nous vous proposons une lecture simplifiée des 2 dispositifs :

    CESU, URSSAF, APF, aidant-pro 34

    Source et suite de l'article : APF Blog Aidant-pro 34