27/09/2014

Bertolucci : La colère du cinéaste romain sur son fauteuil roulant

«Nids de poule et pavés dégradés, Rome humilie les personnes handicapées"

Copie écran Film Bertolucci "les chaussons rouges"Selon un article de la Repubblica qui a interviewé Bernardo Bertolucci, cinéaste, acteur, scénariste ( 1900, Le dernier tango à Paris, Le dernier empereur, Little Buddha,  Il était une fois dans l'Ouest...) celui-ci est en colère contre la dégradation de la voirie romaine. Il en a fait un court-métrage pour la 70ème Mostra de Venise  : 

Son court métrage "Les Chaussons rouges" est un cri de douleur contre la Capitale romaine


"ROME. Au début, vous ne voyez que les chaussures rouges. Image d'une Ferrari rouge. Sport mais aristocratique. Et puis la caméra se concentre sur les pavés. Lamentablement inégaux et dégradés Des trous comme de petits cratères et des drains presque détachée de la surface de la route. Un homme assis sur le fauteuil roulant, mais vous ne voyez que les chaussures rouges. Les pneus sont en souffrance, on les entend presque crier entre les pavés inégaux et ces bouteilles vides abandonnées. Vous ressentez l'effort du petit moteur qui pousse presque désespéré. Aller et retour. Aller et retour. Comme un léger cri de douleur, un murmure d'impuissance. Résignation et colère. Puis le bruit du fauteuil est couvert par la douce voix de Charles Trenet: «Je chante, je chante ..." 1937."

....

Source : Repubblica.it, Traduction : Roselyne Portal

 

12:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.