MDPH de Vendée : suite pour les parents de Coleen

La MDPH veut finalement réétudier la situation de la petite Coleen...

La maman de Coleen (voir ici) nous donne des nouvelles. Le hasard faisant bien les choses,  au moment de la parution des articles de presse, les parents de la fillette ont reçu une convocation pour rencontrer un médecin de la MDPH...

"Quand on a reçu cette convocation on a appelé le directeur adjoint de la MDPH pour comprendre, puisque notre demande de recours amiable avait été refusée et qu'il nous écrivait que c'était maintenant au Tribunal de se prononcer. Il nous a expliqué qu'il y avait eu un "petit soucis" dans l'étude du dossier et qu'il fallait que le médecin la voit. Il nous a également informé que le dossier repasserait en commission fin août ou début septembre !

On est donc allé à ce rendez-vous médical avec notre fillette. Nous lui avons demandé comment il avait pu donner un avis sur l'état de santé de Coleen et ses besoins sans jamais l'avoir vue. Il nous a répondu : "J'ai 6 000 dossier à traiter, je ne peux pas rencontrer tout le monde"

C'est révoltant ! On n'est pas des numéros, des simples dossiers ! Il s'agit de notre petite fille, de son avenir. S'il n'a pas le temps de rencontrer les personnes pour lesquelles il détermine les conditions de vie pour les mois, les années à venir, c'est qu'il y a vraiment quelquechose qui ne va pas !

Il nous a dit, en nous parlant de la pince (capacité à attrapper des objets entre le pouce et les autres doigts, que Coleen n'a pas) : "Ho, ça va revenir". On aimerait bien nous que "ça revienne", mais ce n'est pas l'avis des spécialistes qui suivent Coleen et qui la connaissent bien !

On est sorti de là dépité... Mais on compte bien assister à la commission, accompagnés par notre avocate. Je l'ai dit au Directeur Adjoint : tant que notre fillette n'aura pas obtenu de la MDPH tout ce dont elle a besoin, on ne lâchera pas, on ira jusqu'au bout, et jusque devant la cours nationale s'il le faut."

 source : Délégation APF de Vendée.

Les commentaires sont fermés.